Vous êtes ici

Frédéric Gagnon

Frédéric Gagnon
Cuivres
Trompette solo

Frédéric Gagnon a commencé son parcours musical dès la tendre enfance, avec les Petits chanteurs du Mont-Royal et s’est initié à la trompette à l’école secondaire où il commence à envisager une carrière en musique.

Une fois sa décision prise, Frédéric a poursuivi sa trajectoire avec un baccalauréat et deux DESS de l’université de Montréal, l’un en répertoire orchestral, l’autre en interprétation sous la tutelle de Jean-Luc Gagnon de l’Orchestre symphonique de Montréal.

S’arrêter pour respirer ? Il n’y pense pas une seconde. Trompette solo de l’ensemble Buzz depuis sa création en 2002, il a parcouru le Canada pour y donner près de 1000 spectacles pour jeune public ainsi que des concerts. On peut également l’entendre sur les 3 albums du groupe dont le tout dernier, les Planètes, fut en nomination au gala de l’ADISQ. En plus de collaborer régulièrement avec la plupart des grands orchestres du Québec, il a participé à plusieurs enregistrements pour la radio et la télévision, il a fait des tournées à travers le Canada et les États-Unis et s’est illustré comme soliste avec la Symphonie des vents de Montréal.

Musicien très en demande et estimé de ses pairs, Frédéric trouve quand même le temps d’enseigner la trompette au CEGEP de St-Laurent depuis 2007 et à l’Université de Sherbrooke depuis 2008.

14 Novembre

Koprowski, Chostakovitch, Beethoven

En entrevue avec Frédéric Gagnon

Votre ville et pays de naissance

Montréal, Canada

Votre instrument

Trompette

Jouez-vous d'autres instruments ?

Plus maintenant

Depuis combien de temps faites-vous partie de l'équipe des musiciens réguliers à l'OSD ?

Je crois que j’en suis à ma 15e saison ou tout près je ne me rappelle plus exactement.

Quelle est votre plus ancienne mémoire musicale ?

Je devais avoir 6 ou 7 ans. J’écoutais de la musique avec mes parents. J’ai dit à un certain moment à mes parents : je veux jouer de la musique. Ma mère me demande alors quel instrument avais-je le goût d’apprendre. Je lui ai dit que je ne savais pas... quelques semaines plus tard je lui ai dit que j’aimerais apprendre la guitare. C’est à ce moment qu’une longue histoire d’amour est née.

Quelle est la première pièce de musique que vous avez aimée ?

Je me souviens que le premier disque que j’ai acheté avec mon argent de poche était : LES PLANÈTES du compositeur anglais Gustav Holst avec l’orchestre symphonique de Londres. J’ai beaucoup écouté cet enregistrement !

Qui a été votre influence musicale la plus importante ?

Lorsque mon prof de musique du primaire s’est rendu compte de mes aptitudes pour la musique, il a suggéré à mes parents de me faire passer l’audition pour les Petits Chanteurs du Mont-Royal (PCMR). J’y ai été admis et je crois que tout a commencé pour moi à ce moment. Je ne chante plus aujourd’hui. D’ailleurs, mes étudiants vous diront que lorsque je chante pour leur exprimer la direction musicale que doit prendre une phrase, je chante très mal ! Mais les PCMR ont allumé en moi une flamme qui ne s’est jamais éteinte.

Les compositeurs les plus inspirants ?

Difficile... j’adore les grands symphonistes du romantisme : Malher, Bruckner, Strauss, Brahms.

Moment le plus mémorable avec l'OSD ?

J’ai joué comme soliste avec l’OSD le concerto pour trompette de Hummel il y a quelques années. Il s’agit de l’un des beaux souvenirs de ma carrière.

Que faites-vous pendant votre temps libre ?

Du camping avec ma conjointe et nos trois magnifiques enfants.

Quels établissements d'enseignement de la musique avez-vous fréquentés ?

Petits chanteurs du Mont-Royal, École secondaire Joseph-François- Perrault, CEGEP de St-Laurent, Université de Montréal.

Quel est le meilleur conseil que vous n'ayez jamais obtenu ?

Ce n’est pas un conseil mais plutôt une manière de travailler.

Mon prof de l’université de Montréal, Jean-Luc Gagnon, a eu une très grande influence sur moi. Pendant mes six années d’université, il insistait sur la méthode de travail. Être dans un lieu approprié, être dans le moment présent, travailler toujours lentement et être extrêmement rigoureux avec tous les détails du texte de la partition. J’applique encore aujourd’hui les concepts de cette méthode de travail et les inculque à mes étudiants.

Dans quels orchestres jouez-vous ?

Je suis musicien surnuméraire pour plusieurs orchestres dont l’orchestre Métropolitain.

Abonnez-vous à notre info-lettre